Salon-de-Provence bons plans

La ville de Salon de Provence se prépare à faire face à un tremblement de terre

Fontaine moussue

La Direction départementale des territoires et de la mer a présenté à la population le projet de Plan de prévention des risques naturels ou technologiques, à la mairie.

Ils sont imprévisibles et foudroient par surprise. Bien qu'ils ne soient que rarement violents (fort heureusement) dans notre région, les séismes menacent la terre en permanence.

Pour sensibiliser un maximum de personnes à ce phénomène qui peut s'avérer dramatique, la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) a présenté au public le projet de Plan de prévention des risques naturels ou technologiques (PPRN), vendredi dernier, à la mairie de Salon-de-Provence.

"Nous sommes dans une région sismique, dans un département sismique et trop de personnes l'oublient. Il faut savoir que la commune de Salon, sur une échelle qui va de 1 à 5, se place au niveau 4 en ce qui concerne le risque sismique. Et c'est le maximum que l'on puisse atteindre en France métropolitaine", rappelle Bénédicte Moisson-de-Vaux, chef du service urbanisme à la DDTM, présente pour l'occasion.

Pendant plus d'une heure, un diaporama a été diffusé aux habitants de la ville et de ses environs pour leur faire prendre conscience du risque sismique, ce croisement entre l'aléa et les enjeux présents sur un territoire.

"Beaucoup de failles sont présentes sur le territoire salonais. La faille de la Trévaresse - à l'origine du séisme de Lambesc, en 1909, de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter, qui a fait 46 morts et 250 blessés, NDLR -, la faille de la moyenne Durance, à laquelle on attribue des séismes historiques réguliers, celle des Costes mais aussi le système de failles de Salon-Cavaillon ou encore celui d'Eguilles-La Fare", rappelle Serge Terramorsi, chargé des risques géologiques, au service urbanisme de la DDTM, qui a animé cette conférence.

Et si les failles, longues de plusieurs dizaines de kilomètres pour certaines d'entre elles, sont nombreuses dans le nord du département, il faut y ajouter la prise en compte des zones exposées à des mouvements de terrains, pour avoir véritablement conscience du danger.

"La Provence est une région qui est pas mal accidentée. Il y a des plaines mais aussi des collines, des petites montagnes. Ces barres rocheuses sont déjà altérées par l'érosion. Petit à petit, il y a des blocs qui tombent tout seul mais le jour où il y a un séisme, c'est comme si quelqu'un poussait ces blocs plus rapidement que la normale... et donc ils peuvent tomber et causer des dégâts supplémentaires", ajoute ce géologue pour qui "les tremblements de terre sont inévitables dans les années à venir".

Mais si la nature garde ses mystères et que les séismes ne peuvent pas être prédits, la seule façon de prévenir un séisme reste d'appliquer les normes parasismiques pour bâtir les nouvelles constructions.

"Il s'agit de renforcer les structures. Souvent c'est du ferraillage, du chaînage en particulier. Il faut travailler le renforcement des murs, des toitures, des fondations qui doivent être adaptés à la nature du sol et à la vibration que ce sol risque de subir", préconise le spécialiste qui sait qu'une catastrophe comme celle de 1909 se reproduira un jour.

Source : Laura CIALDELLA dans "La Provence"

Le séisme de 1909

Le séisme de 1909 en France, aussi appelé séisme de Lambesc, fait référence à un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter qui s'est produit dans le Sud-Est de la France et qui entraîna d'importants dégâts et destructions au sein des villes de Salon-de-ProvenceVernèguesLambescSaint-CannatRognes dans le massif de la Trévaresse en Provence (Bouches-du-Rhône) et Montpellier dans l'Hérault. C'est le tremblement de terre de magnitude la plus élevée enregistré en France métropolitaine depuis celui de Roquebillière le 2. Il fut ressenti dans tout le Sud de la France et en Italie, de Gênes à Perpignan3.

Le bilan humain fait état de 46 morts et 250 blessés. L'ampleur des dégâts matériels fut considérable puisque 3 000 constructions furent endommagées et ce pour un coût total de 2,2 milliards de francs.

L'origine de ce tremblement de terre se trouve dans le rapprochement de la plaque africaine (plus précisément de la plaque adriatique) en direction de la plaque eurasienne au nord et qui a pour conséquence le plissement de la croûte terrestre, à l'origine de l'érection des Alpes, et la formation de failles engendrant les séismes.

Depuis, aucune activité de forte ampleur n'a été observée. Classée en zone II, puis en zone 4 (accélération = 1,6 m/s2) dans le zonage de 2011, soit à sismicité moyenne, cette région doit respecter les règles de construction parasismique.

Source : Wikipedia

Retrouvez-nous sur Facebook

  • 4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

   Meca diag soft auto cover 

 Js renovation